Les 2 François , La Marine et les autres : les vrais stratèges politiques sont dans la place.

Les 2 François , La Marine et les autres : les vrais stratéges politiques sont dans la place.
Body: 

On présente souvent François Hollande comme un nigaud.

Ce n'est pas un nigaud.

Evidemment, il ne participe en rien, à priori, aux objectifs théoriques d'un président de la république pour "ses sujets" ou citoyens.

Mais c'est un stratège politique hors pair et je vais développer pourquoi.

J'ai une opinion du même ordre pour Marine Le Pen et pour François Bayrou avec un degré moindre pour le dernier qui est un affectif avant tout.

Dans l'échiquier politique actuel, seul ces 3 personnages ont une stratégie qu'ils déploient avec plus ou moins de succès.
François Hollande comme Le Pen font du marketing politique. Ils ont parfaitement compris les positionnements classiques français et ont identifié avec succès les forces et faiblesses de leurs rivaux.

La stratégie de François Hollande est simple :

- Son électorat est un électorat urbain de classe moyenne, plutôt à l'abri des intempéries économiques (fonctionnaires , cadres diplomés, jeunes diplômés) et instruit. Cet électorat est sensible aux progrès sociétaux : place des minorités en particulier même s'ils ne sont pas concernés mais relativement allergique aux avancées économiques en particulier libérales. Bref ce sont des conservateurs "de gauche " qui ne veulent pas changer grand chose à rien mais se donner bonne conscience en permanence.....
François Hollande a avancé le mariage gay comme un cheval de troie pour la droite classique français "Sarkoisée". En effet, son objectif est de cliver la droite entre progressistes "sociétaux" et "conservateurs sociétaux" et surtout de faire imploser l'UMP. (Républicain maintenant) sur le terrain identitaire. Le vote des étrangers pourrait finir de cliver à droite tant ce débat n'est pas si simple entre "Libéraux" et "Conservateurs" ou "Sarkozystes". L'idée est que les dégâts dans l'opinion de l'opposition de certains caids de la droite classique au mariage gay soient un véritable boulet lors des prochaines élections et poussent en tout cas une partie de l'électorat de droite libéral à s'abstenir...voir à voter à gauche. Il suffira de ressortir les images de certains à coté d'intégristes catholiques priant dans la rue pour faire un rappel. Ces avancées sur le terrain sociétal, que la population accueille avec enthousiasme ou indifférence, sont des placements stratégiques de la part de Hollande qui sont intelligents au sens politique.

On en vient alors à Sarkozy. Pour moi, il s'agit d'un personnage à l'intelligence politique limitée mais un grand instinctif, qui saisit parfois l'opinion mais sans jamais comprendre pourquoi.

Sarkozy a l'intelligence du boxeur mais pas de son entraîneur.

En effet, il a poussé sa formation vers un terrain déjà pris c'est à dire celui des thématiques identitaires mais sans en avoir la crédibilité nécessaire. En faisant cela il a renforcé le Front National (voir plus loin) de Marine qui s'est parfaitement positionnée : à droite sur l'identité et à gauche sur tous le reste. En terme de "marque" et de marketing, c'est la marque la plus crédible sur la thématique "à la mode" qui remporte les suffrages ...en positionnant le débat sur l'identité les républicains démontrent à chaque intervention que le FN est plus crédible qu'eux sur ces thèmes "historiques".

Les sorties mal contrôlées d'une Morano par exemple sur la "Race" : Aucun responsable du FN ne les auraient fait.

De plus, ses propres origines (hongroises et à demi-juives) sont dailleurs un handicap assez important pour aller dans cette direction. On ne peut pas se refaire ni son histoire et un immigré, en France, reste un immigré, qu'on le veuille ou non dans la tête de la majorité des gens...surtout s'ils sont sensibles aux thèses nationales. De plus force est de constater que l'antisémitisme reste le ciment principal de la droite dure française, beaucoup plus qu'une islamophobie "de mode" et "de circonstance". En gros un demi-juif , hongrois, ne peut pas chiper beaucoup de voix dans les bastions traditionnels de la droite "dure" voir l'extrême droite. Même si beaucoup de Frontistes ont oublié leurs origines italiennes et les pogroms qui allaient avec, les camps en France des réfugiés communistes pendant le franquisme et l'accueil extraordinaire par "les français de souche" des pieds noirs d’Afrique du nord à la fin de la période coloniale, ces gens-là restent de simples "votants". Les élus frontistes gardent dans la plupart des cas des noms qui sonnent bon la France profonde, voir très très profonde et le "portos", "le rital" ne sont jamais très loin enfouis dans leurs cerveaux brunis. La droite dure française est classiquement antisémite, catholique, conservatrice sur tous les sujets sociétaux mais aussi plutôt progressiste parfois sur les thématiques sociales.

Lui qui veut faire de l'identité un thème central oublie trop souvent sa propre identité. Il y a quelque chose de psychologiquement "interrogeant" à ce niveau pour ce personnage.
Il a été élu, certes, une première fois car sa "typologie" politique n'avait rien de française.

Personnage au vocabulaire étroit - comparé aux anciens présidents - , peu ou pas cultivé, faisant facilement des fautes de rhétorique, il a paru être cet outsider "venu" du ciel que les français adorent le temps de les détester.

Son manque "de fond français" a dailleurs vite explosé : plus sportif que bon vivant, n'aimant ni le vin ni la campagne....n'adorant pas les joutes verbales "plus que ça" et soit disant porté "sur l'action" dans un pays qui ne l'aime que quand c'est théorique.

Ce déphasage s'est exprimé avec force lors des élections présidentielles suivantes où n'importe qui du coté socialiste aurait été élu malgré une opinion qui s'ancrait plutôt à droite.

Mais laissons Nicolas Sarkozy de coté, mort politiquement si aucun accident de type DSK arrive pour une personnalité de droite.

Marine Le Pen, elle, a parfaitement saisi ce qui transformait son père en épouvantail à électeurs : sa cohérence doctrinale. Alors que Le Pen Père était fidèle à son héritage, Marine entend faire du business politique et s'adapter à sa clientèle.

Sa clientèle ce sont tous ces français qui se prennent la mondialisation "dans la gueule" sans pouvoir bouger, penser ou respirer. Un mélange de petits fonctionnaires, d'ouvriers ou de retraités qui ont peur mais aussi qui vivent des situations compliquées de cohabitation que personne ne parvient à adresser. Ils sont historiquement de gauche et ça, Marine, le sait. Son programme économique c'est du copier/coller du Parti Communiste d'il y a 20 ans.

Si tu es bourgeois et tu n'es pas content de l'endroit où tu vis, tu changes...tu vas ailleurs. Ta proximité sociale avec tes voisins, tu te la payes.
Si tu es dans la merde, les voisins tu ne les choisis pas.

A ces gens-là elle leur rejoue "le grand soir" épuré de la rhétorique communiste de type sectaire, épuré de tous l' intellectualisme poussif de la vieille garde gauchiste. Bref, elle leur donne du près à digérer et les fait rêver d'une France qu'ils n'ont jamais connue. Ils étaient en effet autant dans la merde "avant"mais elle leur fait croire l'inverse.
Malheureusement pour elle ce "petit peuple" diminue - sociologiquement parlant - et surtout se morcelle. Il est de plus en plus éduqué aussi. Est ce qu'un employé de call-center n'est pas finalement l'ouvrier du 19ème siècle ?

Elle rattrape alors une deuxième branche de son électorat : la vieille droite française abandonnée elle aussi pendant ces années de social-démocratie "bisounours" où on a balancé de l'argent à tous le monde pour faire croire que cela allait mieux, mis sur le même plan les tags et renoir ou encore pris les rappeurs comme les mozarts de notre temps.

On retrouve ici les bons vrais cathos "durs" en province, les ex-de villiers, un ensemble très disparate qui ne se retrouve en rien dans les positions parfois progressistes prises par la droite depuis Giscard.

Ces gens-là n'ont jamais eu de champions depuis 45...jamais.

Certes De Gaulle a pu paraître un instant être l'homme de la situation mais la décolonisation et la fin de l'empire vont marquer un divorce accentuée par la féminisation de la société civile.

C'est typiquement "la droite Zemmour" ....celle qui n'a jamais pu digérer la fin des ordres établis, du travail chanté en coeur et de la main sur le coeur en regardant la larme à l'oeil le drapeau français se balancer dans le vent.

Cette droite a subi le syndrome post-colonial "communiste" de plein fouet pendant 40 ans et commence juste à se re-affirmer.

Malheureusement pour elle ce n'est pas les tentatives maladroites d'un Sarkozy (voir plus haut) qui n'a en rien "la patine de la bourgeoise française traditionnelle" (et ne l'aura jamais) qui peut les contenter.

Certes un courant "droite dure qui bande fort" a bien été crée dans les #LR mais l'opportunisme maladif de la bande de joyeux drilles, les scandales à répétition et la malhonnêteté officielle de beaucoup refroidissent.

Marine les a donc séduit aussi.

Ce grand écart idéologique ne peut pas tenir longtemps même si ces familles aisées ou à l'aise financièrement n'ont pas grand chose de très libérales non plus sur le plan économique : il peut donc y avoir des ponts entre les deux typiquement sur la place de la femme (équivalente dans les catégories basses de la société et la haute bourgeoisie) .

Ce grand écart tiendra jusqu'à la prise de pouvoir quand Marine redeviendra la fille à Papa plus proche de Pinochet que d'Allende.
LePen a aussi très bien chassé sur les terres "jeunes". Les épisodes de chasse aux pirates , les lois anti-libérales sur internet où elle s'est très bien positionnée a enfin séduit beaucoup de jeunes qui ne se classent pas dans les catégories précédentes.

Cette évolution je l'ai personnellement vu après les dernières lois DADVSI où typiquement je pense que 1 jeune sur 2 ou 3 venant à nous pour la combattre était proche des thèses FN. Ils s'étaient même rapproché des thèses #FN après avoir vu le lobbying "si net" , l'absence totale de débat démocratique, au moment des votes de ces lois. L'HADOPI finira d'achever ce virage. Au moment où la Ligue ODEBI va disparaître, c'était la moitié de nos sympathisants qui étaient #FN.

Ce troisième "groupe" d’électeurs sera la base de demain du FN et surtout va être la raison de son enraçinement au delà des fragiles 2 premiers groupes.
Entre ces différentes catégories d'électeurs prises par le PS ou le FN, il reste les indécis, les professions libérales, le monde paysan, les cadres moyens ou sup, les entrepreneurs...tout un ensemble de gens qui s’inquiète de la navigation à vue de certains ou du racisme exacerbé d'autres.

De moins en moins politisés, préférant pour certains plutôt partir que subir, ce groupe est difficilement mobilisable mais c'est la pari d'un Bayrou depuis le début de son aventure Modem.

Bayrou est le seul dans le paysage français qui est incapable de dérapages et surtout qui pèse ses mots pour apparaître comme un recours le cas échéant. Mis à part son erreur
"Hollande" en 2012 fruit de sa haine viscérale de Sarkozy (Son 'anti.lui') .

Il manque par contre de la fougue et de la nouveauté. De plus cela a été un ministre plutôt absent en terme de résultats "obtenus".

Cet "entre deux" de gens qui parfois n'ont en plus rien à faire représente un défi pour tout politique car il faut savoir les entraîner surtout qu'entre des gaullistes sociaux orphelins et des libéraux new look tendance libertarienne il y a encore un fossé difficile à combler.

C'est pourtant eux qui sont majoritaires et toute la bataille politique à venir va bien porter sur la capacité à les démobiliser ou les mobiliser.

2017 ne se jouera pas à l'extrême droite mais comme toutes les élections françaises (présidentielles) "au centre". Ce fameux centre qui n'existe au final qu'une seule fois tous les 5 ans. (7 avant).

Et pour moi les mieux placé sont...au parti socialiste. La génération "Macron" paraît en effet beaucoup plus apte à se sortir du piège de leur parti que leur équivalent à droite qui n'existe peu ou pas.

Il suffit au parti socialiste d'enterrer une bonne foi pour toute "la génération Mitterrand" et ils pourront de nouveau jouer une partition.

Hollande a dailleurs fait ce pari en rajeunissant fortement ses équipes ministérielles pour les préparer à cette bataille.

Quand on vous dit que ce type est un fin tacticien...